Psychanalyse et langage




Le langage selon Lacan


Jacques Lacan fut le premier à théoriser l’importance du langage en psychanalyse. Pour cela, il emprunta de nombreux termes à la linguistique. On retrouve notamment les concepts de «signifiant», «signifié» et «référent», introduits par Ferdinand de Saussure, précurseur du structuralisme.


Le signifiant, c’est le mot, l’idée ou l’image qui permet d’évoquer la chose dont on parle. Le signifié correspond quant à lui à la représentation mentale que l’on se fait de cette chose. Enfin, le référent est la chose telle qu’elle existe, la chose réelle dont on parle.


Selon Lacan, le langage est un lien social. Ainsi, tout ce qui relie les humains entre eux est nécessairement fondé sur le langage. Il organise notre rapport aux autres, ainsi que notre rapport à nous-même. L’existence du langage est selon lui ce qui transforme le naturel en culturel.


En effet, bien que nous possédions tous les mêmes sens, notre perception de ce qui nous entoure est déterminée par le langage: c’est ce qui explique qu’il y ait des termes intraduisibles d’une langue à l’autre, ou qu’il y ait parfois de nombreuses façons de désigner un concept qui, dans une autre langue, est réduit à une simple désignation. Le langage fait la structure du sujet.


Le rôle du langage dans la cure


Lacan considère que «l’inconscient est structuré comme le langage». Ainsi, pour trouver du sens dans l’inconscient, il faut le déchiffrer dans son ensemble.


C’est là tout le rôle du psychanalyste, de venir interpréter de l’oralité ce que libère du sujet tout au long de la cure analytique, et d’intervenir par la parole lorsque cela est approprié. Il en va de sa responsabilité.


Du point de vue du patient, le langage est donc nécessaire pour symboliser puis déloger les fantasmes et souvenirs enfouis qui composent son inconscient. Le psychanalyste, lui, a davantage un rôle d’écoute plutôt que de prise de parole. Son positionnement est d’accompagner la parole, la soutenir, la confronter...


Le langage permet d’organiser ses pensées désordonnées et est donc finalement, dans le cadre d’une analyse, un véritable instrument thérapeutique. S’il ne permet pas toujours d’accéder à l’origine du symptôme, d’un mal refoulé, il permet à l’analysant, par les réflexions qu’ils développent au fil de l’analyse, d’identifier des mécanismes transférentiels, des projections, des répétitions...


Vous souhaitez rencontrer un psychanalyste afin de mettre en place un processus thérapeutique ou plus simplement un lieu d’espace de libération de la parole. Je vous reçois dans mon cabinet situé en tant que psychanalyste - psychothérapeute à Paris 18.

Cabinet de Psychanalyse et Psychothérapie de groupe
3, Square Lamarck
75018 PARIS

Métro Lamarck (ligne 12)

 

Tel : 01 42 58 37 80

 

 

 



La psychanalyse
  • La psychanalyse, c'est aider les gens à devenir ce qu'ils sont. " Dolto.

  • " Le bonheur est un rêve d'enfant réalisé dans l'âge adulte." Anna et Sigmund Freud
  • " Changer, jeter, c'est la même chose mais le premier est plus subtile que le second." Klein
  • " On ne perçoit dans le monde environnant que ce qu'on est soi-même, on se "projette" sans cesse dans chaque objet. " Groddeck
  • " Si vous avez compris, vous avez sûrement tort. " Lacan
  • " Dans les moments où le système psychique fait défaut, l'organisme commence à penser. " Ferenczi
  • " C'est souvent la chose la plus fâcheuse du monde que d'avoir raison. " Adler
  • " Allez mieux d’abord, on analysera ensuite si vous le voulez. " Berne
  • " Lorsqu’on ne parle pas de l’essentiel rien d’autre ne peut être dit d’important. " Yalom
  • " Nous sommes trop enclins à penser la haine dans son opposition à l'amour. " Little
  • " L’attachement est un besoin vital d’être écouté, entendu, compris et soutenu. " Bowlby


 

Articles récents

La perte de l’objet d’amour est l’étape première de la mélancolie, mais aussi du deuil. La mélancolie, selon FREUD, est une dépression extrêmement douloureuse qui fait perdre à un individu tout l’attrait qu’il a pour le monde extérieur.

Lisez la suite


Cette fin du XIXe siècle qui précède les horreurs du XXe est marquée par une certaine idéologie du progrès, une certaine foi dans les Lumières et la Raison


Publié sous le titre original Die Zukunft einer Illusion, L'Avenir d'une illusion est un article de Sigmund Freud paru en 1927. Subdivisé en 10 chapitres, il questionne le devenir de la religion à travers la culture, en réalisant une rétrospective dans le passé de celle-ci.


Le sujet pose comme présupposé à son traitement deux axiomes : qu’il existerait quelque chose comme un « sujet contemporain » et qu’il serait face à une alternative éthique lui imposant de choisir entre jouissance de l’objet et jouissance de l’identité.


Pour introduire notre propos nous nous appuierons sur la notion de paradigme empruntée parGeorges Lantéri-Laura à TS Khun.