La fonction de la parole en psychanalyse


 

Dès le plus jeune âge, la parole permet d’initier le lien social, de comprendre et d’être compris. En psychanalyse, la parole est dotée de fonctions bien spécifiques, et elle représente l’outil sans lequel il ne peut y avoir de guérison.


Une psychothérapie permet de soigner par la parole. Mais comme nous allons le voir, il ne s’agit pas de n’importe quelle parole. En effet, s’il est possible de se rendre compte que parler peut faire du bien (à un proche, à un prêtre, à un médecin et pourquoi pas avec un psychologue ou avec un psychiatre), cette forme de parole qui soulage n’est pas à confondre avec la parole mise en jeu dans le cadre d’une psychothérapie et d’une psychanalyse, soit avec une parole qui soigne.


Nous devons à Sigmund Freud d’avoir découvert que la plupart des symptômes humains constituent des nœuds de paroles en souffrances, soit des formes d’expressions malheureuses de ce qui ne se dit par la parole. La cure par la parole consiste ainsi à faire advenir cette parole en souffrance, à l’accoucher.


Pour libérer cette parole inédite, voir interdite, il fallait une méthode que Freud à découvert avec sa célèbre patiente, Emmy : la méthode des libres associations.


Là où nous parlons la plupart du temps en faisant attention à ce que nous disons, là où nous censurons nos pensées en écartant celles que nous jugeons inutiles, honteuses, voir insupportables, la méthode des libres associations consiste au contraire à dire à voix haute chacune des pensées qui traversent l’esprit, sans les juger et sans les censurer.


En respectant le contrat de la cure, le patient va petit à petit déchiffrer le message en souffrance dans son symptôme, il va libérer cette part de vérité qui, de n’être assumée par la parole, se répète sans arrêt dans ses manifestations symptomatiques.


Une thérapie par la parole n’est donc pas un échange ou une discussion, ce n’est pas non plus un ensemble de conseils et ou d’exercices à appliquer religieusement, c’est un travail sérieux qui se caractérise par le respect strict de la méthode des libres associations.


Freud répétait d’ailleurs qu’«Il n’y a de cure que par la parole». L’invention même de la psychanalyse repose ainsi sur cette idée de parole libératrice, qui permet à l’analysant, tout au long de la cure, de formuler et approfondir la profondeur de son inconscient(pulsions, sentiments refoulés etc.)


C’est en effet par la connaissance de soi que l’analysant pourra accéder à la liberté et se débarrasser de ce qui entrave son avancée.


Le rôle de la parole dans la cure du sujet

Bien souvent, l’analysant entame une thérapie analytique parce qu’il ne parvient pas à déterminer l’origine de son mal-être.


La parole lui permet justement de formuler ces raisons qui le font souffrir et qui l’ont amené à entamer une analyse.


Elle lui permet de donner du sens à ses expériences, de partir à la découverte de son inconscient… une étape essentielle pour avancer dans la cure. La parole est donc caractérisée par un rôle libérateur indéniable, c’est l’instrument thérapeutique par excellence.


Le besoin d’être écouté est d’ailleurs fréquemment évoqué par les patients. Le psychanalyste doit alors jouer ce rôle d’écoute et d’accompagnement pour aider l’analysant à se révéler. Il doit également analyser son comportement afin d’y trouver des choses qu’il ne dit pas spontanément. La parole constitue donc la base de la relation entre le psychanalyste et son patient.


En disant tout ce qui lui vient à l’esprit, le patient peut révéler des idées, des sensations ou des souvenirs enfouis sans aucune crainte de jugement, et ainsi comprendre l’origine de ses angoisses.


C’est précisément dans ce relâchement total que la qualité d’écoute aura un effet thérapeutique. On peut parler d’une véritable parole de l’inconscient. En effet, si la remémorationest une étape clé de la thérapie, elle doit s’accompagner d’une formulationde tous ces souvenirs.


Bien entendu, afin que cette écoute ait un sens, il est nécessaire de bâtir une relation de confiance entre analyste et analysant: ce dernier doit pouvoir énoncer tout ce qu’il ne parvient pas à dévoiler en dehors du cabinet.


Libérez-vous en entamant une psychanalyse

Vous souhaitez réaliser une psychanalyse à Paris afin de vous libérer par la parole? Je vous accueille dans mon cabinet situé dans le 18ème arrondissement.


Je propose des séances de psychanalyse ou de psychothérapie analytique, et m’adapte à votre individualité pour vous accompagner à la découverte de la profondeur de votre intériorité, à la transformation de symptômes,…

.

Cabinet de Psychanalyse et Psychothérapie de groupe
3, Square Lamarck
75018 PARIS

Métro Lamarck (ligne 12)

 

Tel : 01 42 58 37 80

 

 

 



La psychanalyse
  • La psychanalyse, c'est aider les gens à devenir ce qu'ils sont. " Dolto.

  • " Le bonheur est un rêve d'enfant réalisé dans l'âge adulte." Anna et Sigmund Freud
  • " Changer, jeter, c'est la même chose mais le premier est plus subtile que le second." Klein
  • " On ne perçoit dans le monde environnant que ce qu'on est soi-même, on se "projette" sans cesse dans chaque objet. " Groddeck
  • " Si vous avez compris, vous avez sûrement tort. " Lacan
  • " Dans les moments où le système psychique fait défaut, l'organisme commence à penser. " Ferenczi
  • " C'est souvent la chose la plus fâcheuse du monde que d'avoir raison. " Adler
  • " Allez mieux d’abord, on analysera ensuite si vous le voulez. " Berne
  • " Lorsqu’on ne parle pas de l’essentiel rien d’autre ne peut être dit d’important. " Yalom
  • " Nous sommes trop enclins à penser la haine dans son opposition à l'amour. " Little
  • " L’attachement est un besoin vital d’être écouté, entendu, compris et soutenu. " Bowlby

 

 

Derniers articles

Vous souffrez d'un mal-être chronique, vous êtes fatigué, anxieux, et vous avez tenté de multiples approches qui sont restées vaines ?

Selon Freud, le fantasme est une représentation (consciente ou non) mettant en scène le désir d’un sujet et impliquant systématiquement d’autres personnes que lui.