Le transfert, élément central de la cure analytique


Le transfert correspond à cette phase d’une thérapie analytique durant laquelle l’analysant redirige tous ses désirs inconscients vers le psychanalyste. Ces éléments sont aussi à l’œuvre chez l’analyste. Les courants de la psychanalyse freudienne considèrent cette phase comme nécessaire à toute thérapie analytique ; comme un passage obligé, une preuve que l’analysant est en cours de guérison. Dans la pensée lacanienne ont considère que toute relation est nécessairement et uniquement transférentielle.

Le terme n’est d’ailleurs pas choisi au hasard : le transfert désigne le déplacement d’un ou plusieurs éléments d’une personne à une autre, ou d’un lieu à un Autre le heim).
C’est bien ce que l’on observe dans le processus psychanalytique : des émotions passées, ressenties envers d’autres personnes, qui ressortent et se retrouvent réorientées vers l’analyste. Ce dernier est donc, en ce sens, doté d’une fonction d’objet, d’objet a dans la cure.
Freud affirmait d’ailleurs que le transfert se déroulait toujours sans que les sujets en aient conscience.

Le transfert peut prendre une forme tant positive que négative : Le transfert positif peut se traduire par des sentiments de tendresse, ou bien des sentiments érotiques, émanant de son inconscient. Le transfert négatif, à l’inverse, s’apparente à des sentiments hostiles liés à des événements du passé douloureux.

A l’issue de sa cure, l’analysant devra aller au-delà du transfert. Le rôle du psychanalyste est alors de faire prendre conscience le moment venu, à l’analysant que les sentiments qu’il ressent ne sont que des reproductions de sentiments déjà vécus. Il pourra alors si cela lui est possible envisager de cesser l’idéalisation de l’analyste qu’il aura développée durant sa cure, et ainsi surpasser sa névrose.

Le transfert peut finalement être considéré comme un lieu fictif dans lequel est plongé l’analysant ; une névrose artificielle, créée par le psychanalyste, qui servira de lieu de passage, de « heim » pour cheminer de la névrose à la guérison : il la désignait en tant que "névrose de transfert”.

Le contre-transfert


Le contre-transfert dans la pensée freudienne, à l’inverse, désigne l’ensemble des sentiments inconscients que l’analyste peut développer en réponse à ceux de l'analysant.

Si ces derniers peuvent venir entraver la réussite de la thérapie, les sentiments de l'analyste entrant en jeu, ils viennent pourtant généralement faciliter l'interprétation des causes de la névrose de l’analysant, permettant ainsi d’accélérer le processus de guérison.

Ainsi le psychanalyste, en fonction de sa façon de répondre au transfert, pourra venir perturber la cure ou résoudre les troubles de l’analysant. C’est pour cette raison essentielle, qu’il est nécessaire dans le processus de formation de l’analyste, que celui-ci est suivi une expérience approfondie sur lui-même comme préalable à sa pratique, en plus d’une formation théorique universitaire en psychologie et psychopathologie. Et qu’il s’engage tout au long de sa pratique à poursuivre son élaboration personnelle couplée à une supervision de sa pratique au sein d’une association psychanalytique.

Vous souhaitez consulter un psychanalyste à Paris afin de venir à bout des troubles qui font obstacle à votre bien-être ?

Prenez contact avec le cabinet de psychanalyse Michael Baralle à Paris 18, afin de mettre en place une séance informative.



Cabinet de Psychanalyse et Psychothérapie de groupe
3, Square Lamarck
75018 PARIS

Métro Lamarck (ligne 12)

 

Tel : 01 42 58 37 80

 

 

 



La psychanalyse
  • La psychanalyse, c'est aider les gens à devenir ce qu'ils sont. " Dolto.

  • " Le bonheur est un rêve d'enfant réalisé dans l'âge adulte." Anna et Sigmund Freud
  • " Changer, jeter, c'est la même chose mais le premier est plus subtile que le second." Klein
  • " On ne perçoit dans le monde environnant que ce qu'on est soi-même, on se "projette" sans cesse dans chaque objet. " Groddeck
  • " Si vous avez compris, vous avez sûrement tort. " Lacan
  • " Dans les moments où le système psychique fait défaut, l'organisme commence à penser. " Ferenczi
  • " C'est souvent la chose la plus fâcheuse du monde que d'avoir raison. " Adler
  • " Allez mieux d’abord, on analysera ensuite si vous le voulez. " Berne
  • " Lorsqu’on ne parle pas de l’essentiel rien d’autre ne peut être dit d’important. " Yalom
  • " Nous sommes trop enclins à penser la haine dans son opposition à l'amour. " Little
  • " L’attachement est un besoin vital d’être écouté, entendu, compris et soutenu. " Bowlby


 

Articles récents

La perte de l’objet d’amour est l’étape première de la mélancolie, mais aussi du deuil. La mélancolie, selon FREUD, est une dépression extrêmement douloureuse qui fait perdre à un individu tout l’attrait qu’il a pour le monde extérieur.

Lisez la suite


Cette fin du XIXe siècle qui précède les horreurs du XXe est marquée par une certaine idéologie du progrès, une certaine foi dans les Lumières et la Raison


Publié sous le titre original Die Zukunft einer Illusion, L'Avenir d'une illusion est un article de Sigmund Freud paru en 1927. Subdivisé en 10 chapitres, il questionne le devenir de la religion à travers la culture, en réalisant une rétrospective dans le passé de celle-ci.


Le sujet pose comme présupposé à son traitement deux axiomes : qu’il existerait quelque chose comme un « sujet contemporain » et qu’il serait face à une alternative éthique lui imposant de choisir entre jouissance de l’objet et jouissance de l’identité.


Pour introduire notre propos nous nous appuierons sur la notion de paradigme empruntée parGeorges Lantéri-Laura à TS Khun.