Depuis son apparition, la psychanalyse est fortement associée à l’utilisation du divan. Introduit par Freud lors de ses premières séances et inspiré de l’hypnose, c’est en effet un élément à part entière du cadre de la thérapie analytique

Dans un premier temps, nous allons donc voir ce que l’utilisation du divan apporte, puis si elle est réellement nécessaire au bon déroulement de toute cure analytique.


Quel est l’intérêt du divan en psychanalyse?

Premièrement, le fait de ne pas être face à son interlocuteur permet de libérer la parole, dans la mesure où l’on n’a pas à affronter un quelconque regard qui pourrait créer des retenues ou des projections limitantes chez l’analysant


Les réactions, mouvements et jugements de l’analyste pourraient en effet venir freiner le patient dans la réussite de sa cure via un processus d’auto-censure.

En clair, le relâchement physique facilite le relâchement psychique… c’est pourquoi il reste des fervents défenseurs de l’utilisation du divan. 


La position allongée permet en effet de se remémorer plus facilement des souvenirs lointains, de prendre du recul sur ses propres expériences ou encore de développer son imagination, d’être au contact de ses sensations, qui sont des étapes importantes dans le processus de guérison.


De l’autre côté, cela peut également faciliter le travail du psychanalyste qui, libéré de toute dimension subjective, va pouvoir plus simplement accompagner son analysant à réaliser des associations à partir de ses dires.


En psychanalyse, il y a une dimension thérapeutique pour un sujet, à savoir un apaisement de l’origine de l’angoisse ou des symptômes jusqu’à leur disparition.

L’analyste va s'attacher à favoriser le déploiement sur le divan de la vie imaginaire de son analysant, de ses souvenirs, en vue de trouver des possibilités de desserrer l'étau des forces traumatiques, de se dégager des souffrances, contraintes et inhibitions liées aux aléas de son histoire.


L’objet est de développer des capacités de choix libres et autonomes dans sa vie personnelle et relationnelle, touchant aux relations de couple, à la parentalité et à l'activité professionnelle,…

L’analysant s’engage dans un processus de symbolisation et d’intégration des éléments inconscients.


 

L’utilisation du divan est-elle obligatoire?

Si l’utilisation du divan peut libérer la parole et l’esprit, il n’est pas pour autant absolument nécessaire pour y parvenir.

Certaines personnes n’auront pas forcément besoin du divan pour cela, d’autres seront au contraire réticentes à être dos à son interlocuteur et enfin pour d’autres encore le divan ne sera pas possible.


C’est ainsi qu’aujourd’hui, le divan n’est plus utilisé dans tous les cabinets: de nombreux psychanalystes proposent également (voire privilégient) des séances en face à face. Dans le cas d’un patient ayant davantage besoin d’un appui social par exemple, cette méthode peut s’avérer plus adaptée. Le psychanalyste doit ainsi tenir compte des traits de sa personnalité et des circonstances l’ayant amené à entamer une cure afin de décider quelle sera la méthode la plus adaptée.


Il est d’ailleurs fréquent que le patient ne s’allonge pas sur le divan dès les premières séances. En principe, les thérapies commencent par des échanges en face à face, justement afin que le psychanalyste puisse mieux connaître la personne qu’il a en face de lui. C’est à ce moment qu’il est en mesure de juger ce qui est le plus adapté à son patient.


Le vécu émotionnel est au centre du processus analytique. Le psychanalyste adapte le travail analytique de l'analysant en fonction de sa structure de personnalitéet au plus près de la réalité de chacun pour nous reconnaître dans notre individualité, autrement dit dans notre unicité.


Faire unepsychothérapie analytique (face-à-face), c'est, avant tout, se décider à affronter ses difficultés personnelles et s'engager dans un processus de changement pour les résoudre. L'objet est d'aller à la source du conflit psychique du patient par un dialogue en face à face, tout en l'aidant à faire face aux souffrances dont il est l'objet dans sa vie de tous les jours. L’attitude active de l’analyste en séance se manifeste par un dialogue actif avec l’analysant…


La psychanalyse vise ce juste équilibre entre le dénouement des causes originelles du symptôme et son apaisement. Elle permet de choisir de grandir, d'évoluer et de s'épanouir. Mais c'est une expérience qui exige de la motivation, de la volonté, de la disponibilité et quelques efforts...


Vous souhaitez réaliser une thérapie analytique à Paris ? Je vous propose dans mon cabinet des séances en face à face ou sur divan pour conduire cette expérience vers votre intériorité.


 


Cabinet de Psychanalyse et Psychothérapie de groupe
3, Square Lamarck
75018 PARIS

Métro Lamarck (ligne 12)

 

Tel : 01 42 58 37 80

 

 

 



La psychanalyse
  • La psychanalyse, c'est aider les gens à devenir ce qu'ils sont. " Dolto.

  • " Le bonheur est un rêve d'enfant réalisé dans l'âge adulte." Anna et Sigmund Freud
  • " Changer, jeter, c'est la même chose mais le premier est plus subtile que le second." Klein
  • " On ne perçoit dans le monde environnant que ce qu'on est soi-même, on se "projette" sans cesse dans chaque objet. " Groddeck
  • " Si vous avez compris, vous avez sûrement tort. " Lacan
  • " Dans les moments où le système psychique fait défaut, l'organisme commence à penser. " Ferenczi
  • " C'est souvent la chose la plus fâcheuse du monde que d'avoir raison. " Adler
  • " Allez mieux d’abord, on analysera ensuite si vous le voulez. " Berne
  • " Lorsqu’on ne parle pas de l’essentiel rien d’autre ne peut être dit d’important. " Yalom
  • " Nous sommes trop enclins à penser la haine dans son opposition à l'amour. " Little
  • " L’attachement est un besoin vital d’être écouté, entendu, compris et soutenu. " Bowlby


 

Articles récents

La perte de l’objet d’amour est l’étape première de la mélancolie, mais aussi du deuil. La mélancolie, selon FREUD, est une dépression extrêmement douloureuse qui fait perdre à un individu tout l’attrait qu’il a pour le monde extérieur.

Lisez la suite


Cette fin du XIXe siècle qui précède les horreurs du XXe est marquée par une certaine idéologie du progrès, une certaine foi dans les Lumières et la Raison


Publié sous le titre original Die Zukunft einer Illusion, L'Avenir d'une illusion est un article de Sigmund Freud paru en 1927. Subdivisé en 10 chapitres, il questionne le devenir de la religion à travers la culture, en réalisant une rétrospective dans le passé de celle-ci.


Le sujet pose comme présupposé à son traitement deux axiomes : qu’il existerait quelque chose comme un « sujet contemporain » et qu’il serait face à une alternative éthique lui imposant de choisir entre jouissance de l’objet et jouissance de l’identité.


Pour introduire notre propos nous nous appuierons sur la notion de paradigme empruntée parGeorges Lantéri-Laura à TS Khun.