L’origine des névroses et leurs particularités

Afficher tout

L’origine des névroses et leurs particularités

nevrose psychanalyse

L’origine des névroses et leurs particularités

Le concept de névrose tire ses origines du 18e siècle, et résumait à l’époque les maladies dites nerveuses qui impactaient la vie des individus sans être issues de lésion organique.
Ce n’est qu’un 1893, plus de 100 ans après sa première conceptualisation, que Sigmund Freud s’approprie le terme pour désigner ce qu’il considère comme une maladie psychique. La névrose puise alors, et selon les théories de la psychanalyse, ses origines dans une lutte présente ou passée entre les différents niveaux de la conscience et de l’inconscience.

La névrose, une maladie consciente

En opposé à la psychose, qui en partage certains aspects, la névrose génère une profonde conscience des troubles qu’elle génère. Le névrosé a donc conscience des symptômes qu’il subit, mais reste souvent incapable de s’en défaire malgré cette profonde compréhension.
Le concept principal est donc que le névrosé sait qu’il est malade, il s’en plaint mais ne peut souvent rien faire pour se soigner.

Les différentes névroses

Toutes les névroses ne sont pas les mêmes et n’impactent pas avec la même force la vie du patient. De mêmes, leurs origines peuvent varier. Il en existe de nombreuses catégories, avec au sein de chacune d’elles des degrés d’impact différents. En voici quelques exemples.

La névrose obsessionnelle

Une des formes les plus graves, la névrose obsessionnelle développe chez l’individu des obsessions, pas définition fortes, mais aussi irrationnelles. Les obsessions névrosées se traduisent par des compulsions incontrôlables à réaliser certaines actions. Les troubles obsessionnels compulsifs
(TOC) deviennent alors des manifestations récurrentes pouvant très lourdement impacter la vie d’un individu.
Ce sont souvent des gestes simples, se laver les mains, fermer une porte, éteindre une lumière, ranger des objets, mais qui se répètent inlassablement et sur des périodes parfois longues, Ainsi, l’individu ne peut s’empêcher de réaliser une action malgré le fait qu’il ait pu déjà le faire des dizaines de fois dans les heures qui précèdent. Ces actions lambda deviennent alors un vrai handicap pouvant demander des heures de temps journalier ou impacter négativement d’autres moments de la vie (sommeil, relations sociales …).

La névrose phobique

Les phobies puisent leurs sources dans une angoisse profonde et enfouie. La phobie va se manifester à travers la peur et l’évitement d’un objet ou d’une situation qui ne représente pourtant pas de réel ou direct danger. Derrière cette peur se cache en réalité un rapprochement inconscient avec des éléments tiers plus difficiles à conceptualiser.

La névrose d’angoisse

Angoisses et anxiété deviennent le quotidien des névrosés impactés par cette particularité, plombant le quotidien et poussant à remettre en question l’ensemble des choix et éléments de vie. Fatigue, migraine peuvent accompagner l’anxiété, avec parfois des crises d’angoisse plus ou moins fortes en fonction des situations.

Soigner une névrose

Les névroses, quel que soit le type, respectent souvent certaines récurrences. L’irrationalité des symptômes et la conscience de la maladie ne rendent pas la névrose plus simple à soigner. L’accompagnement d’un psychanalyste peut parfois être nécessaire pour identifier les origines de ces troubles et les délier un à un.
Psychanalyste à Paris, contactez-moi pour échanger ensemble sur votre situation et définir ensemble des solutions.